Faut-il repenser nos systèmes juridiques pour répondre à la crise écologique ?

La capacité d’une novlangue à vider de son sens le moindre mot, surtout s’il est important, est aujourd’hui portée à son comble ; « République », « Démocratie », « Justice », etc. Autant de signifiants éviscérés auxquels il convient désormais de restituer un sens. « Environnement », dans toute son épaisseur, sa complexité et ses implications, fait partie de ces mots. Il est du devoir du juriste et du citoyen de s’en saisir et de le faire parler à nouveau en le rendant vivant. C’est ce que vous découvrirez dans le livre « Environnement », de la collection ‘Le mot est faible’, édition Anamosa, disponible depuis le 21 janvier 2021.

Lien vers le Communiqué de Presse

Extrait

« Pourquoi cette impression récurrente que les données se croisent et qu’à l’apparent accroissement des normes juridiques de protection fait écho de façon toujours plus pressante la crise climatique et écologique ? Il apparaît pourtant de plus en plus clairement qu’un environnement équilibré et protégé est la condition même de possibilité de la vie donc de nos droits et qu’il reste la première et ultime garantie de nos libertés. Il est plus qu’urgent de décentrer le regard pour enfin faire monde autrement ».

Actualité de la CEDH : un avenir incertain

Le 24 janvier 2019, conférence du professeur Frédéric Sudre proposée par le Master 2 Droit international et européen des droits fondamentaux et l’IEDP.

La conférence et le débat évoqueront les arrêts suivants, ainsi que les protocoles additionnels 15 et 16 à la Convention européenne des droits de l’homme :

  • Enver Sahin c/Turquie, 30 janv. 2018  (art.14 + 2 Prot 1 + 8)
  • Lopez Ribalda et a. c/Espagne, 9 janv. 2018 (art. 8)
  • Gde ch, S.V. c/Danemark , 22 oct. 2018 (art.5 §§ 1 et 3)
  • Gde ch.,GC, Beuze c/Belgique, 9 nov. 2018 (art. 6 §§ 1 et 3)
  • Gde ch.,  Navalny c/Russie, 15 nov. 2018 (art.18)
  • Cass, Plén. 5 oct. 2018, Mennesson (Protocole 16)

Journées d’étude des jeunes chercheurs

Depuis 2007, les doctorants de l’IEDP organisent chaque année une « journée d’étude des jeunes chercheurs » sur un thème choisi par eux, avec des intervenants tant de la faculté qu’extérieurs à elle, choisis sur la base d’un appel à candidature. Les thèmes transversaux retenus permettent la rencontre de juristes, sociologues, historiens, etc. Les actes de ces journées font l’objet d’une publication aux éditions L’Harmattan, dans la collection des Presses universitaires de Sceaux.